The Mystique Moustique

Archives de la catégorie ‘Biologie’

Moyens mis en oeuvre pour l’éradication de la dengue (4)

B) Wolbachia

Élaboration du protocole

Nous avons vu précédemment que s’attaquer aux larves et aux populations de moustiques adultes était un échec. En particulier à cause de leur résistance face aux nombreux insecticides autorisés. Les biologistes ont donc commencé à s’intéresser aux moustiques vecteurs de la maladie avec une bactérie pathogène. Celle-ci immunisera les moustiques face à la dengue.

Le problème est que la Wolbachia pipientis infecte naturellement de nombreuses espèces d’arthropodes, dont 70% des espèces d’insectes.

Cette bactérie est une solution potentielle car :

  • Les femelles infectées transmettent la bactérie à leur descendance via leurs ovocytes. Toute leur descendance est donc également infectée.

  • Une femelle non infectée et un mâle infecté ne peuvent pas procréer.

  • Les femelles infectées ont une descendance avec n’importe quel mâle, que celui-ci soit infecté ou non.

Cela favorise donc la reproduction des femelles infectées par la bactérie et donc la propagation de l’infection dans une population.

Moyens mis en oeuvre pour l’éradication de la dengue (3)

 

II. Des propositions nouvelles
A) Vaccins et médicaments

Tout d’abord, il faut savoir qu’il existe 5 sérotypes. C’est à dire 5 formes différentes de la maladie : les sérotypes sont des virus proches, mais assez éloignés pour qu’être immunisé contre l’un ne protège pas contre les autres. Il faut donc 5 vaccins.

De plus, un homme qui est infecté par l’un de ces sérotypes, puis qui en guérit, sera plus vulnérable aux autres sérotypes c’est à dire que si il rattrape un autre sérotype, il a plus de risque de développer une forme grave. Il faut donc créer un vaccin qui prend en compte les cinq sérotypes.

Aujourd’hui ce vaccin n’existe pas.

Les malades doivent se reposer et bénéficient seulement d’un traitement symptomatique destiné à lutter contre la fièvre, et les douleurs. Certains médicaments comme l’aspirine sont à éviter, car ils risquent d’aggraver les manifestations hémorragiques.

En cas de dengue hémorragique, une hospitalisation en réanimation est nécessaire.

Moyens mis en oeuvre pour l’éradication de la dengue (2)

B) Moustique adulte

L’emploi des pièges met les moustiques hors d’état de nuire en les attirant avec certaines lumières, couleurs, formes ou gaz. Cependant, leur efficacité n’a pas encore été prouvée.

Les toxines bactériennes sont introduites dans l’eau, et avalées par le moustique, elles détruisent son tube digestif en éclatant ses cellules intestinales. Les bactéries sont pratiquement inoffensives pour l’homme et l’environnement, elles peuvent donc être consommées dans l’eau de boisson.

Les services publics peuvent répandre des insecticides lors de risques d’épidémie, mais cette pratique doit tenir compte des risques d’apparition de résistance. Ce phénomène reste problématique dans la gestion de la lutte contre les moustiques. Il est nécessaire de réaliser des tests de sensibilité pour détecter à temps quand il convient de changer de produit.

Par exemple, des tests ont montré que certaines populations calédoniennes d’Aedes Aegypti sont déjà résistantes à la Deltaméthrine, atteignant 28% dans certains quartiers de Nouméa. La priorité est donc donnée à la lutte contre les larves pour préserver l’efficacité des molécules utilisables actuellement.

Moyens mis en oeuvre pour éradiquer la dengue (1)

 I. Ce qui a été fait

L’alternative durable pour lutter contre cette maladie est donc de réduire la population du moustique vecteur.

A) Les larves

L’investissement de tous est nécessaire à travers des gestes simples tels que : l’élimination des réservoirs et des récipients non utilisés, le comblement des dépressions avec du sable ou de la terre, la protection des réserves d’eau.

Les prédateurs naturels des larves de moustiques sont également utilisés, comme les poissons, quelques espèces de moustiques, des crustacés de petite taille. Ces derniers ont été utilisés pour des essais à grande échelle au Vietnam dans les récipients de stockage d’eau de pluie et s’avèrent encourageants.

Les larvicides sont aussi une solution d’élimination tout comme les produits huileux qui empêchent les larves de respirer à la surface et entrainent leur mort par asphyxie. Les produits pétroliers sont à proscrire car trop polluants.

Combien de temps met en moyenne une personne pour guérir de la dengue ?

La durée totale d’un épisode de dengue est en moyenne de 2 semaines. Cela commence par 4 à 7 jours d’incubation entre la piqûre de moustique infectieuse et l’apparition éventuelle de symptômes (mais la majorité des infections sont asymptomatiques), puis 3 à 7 jours de période fébrile et enfin 2 à 3 jours de convalescence. La période de virémie ne dure en général que 5 à 6 jours.

Pour simplifier nos modélisations, nous avons décidé que l’infection de l’homme et du moustique était instantanée.

Transmission du virus

Le moustique est apte à transmettre le virus même avec une infime portion de virus dans son sang, tandis que l’homme doit être totalement infecté pour pouvoir le transmettre à son tour.

Biologie du moustique (4)

Un oeuf de moustique peut rester au sec plusieurs mois, (jusqu’à six), ce qui lui permet théoriquement de coloniser le monde.

Biologie du moustique (3)

OLYMPUS DIGITAL CAMERACycle du moustique

Nuage de Tags